En savoir plus sur la perfusion


L’ENVIRONNEMENT DE LA PERFUSION

Définitions et Objectifs de la Perfusion :

A l'hôpital, la prise en charge d’un malade débute fréquemment par la pose d’une perfusion.
La perfusion est une technique d’injection intraveineuse.

L’administration parentérale des médicaments est un mode d’administration transversal : elle concerne l'ensemble des unités de soins d'un établissement.

On distingue deux types de voies veineuses :

  • La voie périphérique (veine superficielle) vue ou palpée,
  • La voie centrale (veine profonde non vue, située par des repères anatomiques ou échographiques).

La voie périphérique est une voie de courte durée d’utilisation (48/72h) 
Le médicament passe directement dans la circulation veineuse.

La pose d’une voie centrale est réservée aux médecins (diplômés ou en formation sous la responsabilité d’un collègue diplômé).
La personne qui pose ou qui met en service la perfusion doit en assurer la surveillance pendant toute la durée d’utilisation et/ou transmettre les informations significatives afin de permettre le suivi de la prise en charge.

Les éléments de la perfusion sont au nombre de trois :

  • La voie d’abord accessible,
  • La ou les substances à perfuser,
  • Le matériel, la ou les tubulures de perfusion et le cathéter (court/long).

Ces éléments sont intimement liés pour le bon fonctionnement de celle-ci.

La Perfusion permet :

  • D’assurer la survie en cas d’urgence,
  • De maintenir un équilibre nutritionnel,
  • De maintenir l’équilibre hydro-électrolytique lors de périodes opératoires,
  • De mettre en place des thérapies à débit continu :
    • Antibiothérapie,
    • Antalgiques,
    • Chimiothérapie.

Les différentes techniques de perfusion, sont :

  • La perfusion en bolus :
    Utilisée pour les médicaments en urgence, ou en chimiothérapie.
    Ils sont donc passés rapidement en bolus puis, la veine est rincée avec un soluté de Nacl 0,9% par exemple.
  • La perfusion continue :
    Administration de médicaments à vitesse constante. La concentration sérique des médicaments est stable.
    Exemple : Antalgie du patient cancéreux. Sédation du patient de réanimation/grand brûlé.
  • La perfusion courte intermittente :
    Intermédiaire entre la perfusion en bolus et la perfusion continue.
    Perfusion courte de l’ordre de 30 à 60mn, toutes les 4/6/8/12 heures selon la pharmacocinétique des médicaments (ex : Antibiothérapie du patient infecté).

Les différents systèmes de perfusion, sont :

La perfusion par gravité :

Avec ou sans régulateur de débit, c’est le système le plus simple et le plus couramment utilisé.
Le contenant du soluté est situé en hauteur par rapport à l’abord vasculaire, idéalement à environ 1 mètre 80 du sol, et le soluté s’écoule grâce à la masse de la colonne de liquide et entre dans la veine du patient avec une pression motrice proportionnelle à la différence de hauteur entre les deux.

Il n’est pas possible de régler le débit d’une perfusion par gravité directement en ml/h.
Le réglage repose sur le comptage du nombre de gouttes.
« L’étalonnage universel » étant => 20 gouttes/ml.

La perfusion par énergie : (autre que par gravité)

Ce principe est employé dans de nombreux systèmes d'administration.
Il s'agit de système de perfusion dont l'énergie provient :

  • D’un réservoir élastique (Elastomérique)
  • D’un ressort mécanique (type Ultraflow)
  • D’un réservoir de gaz

Dans tous les cas, cette énergie pousse le soluté à travers une résistance calibrée par un débit fixe (capillaire de verre).
Ces systèmes de perfusion sont à usage unique.
Leur précision reste souvent moyenne (+/- 20%).

Les appareils volumétriques : (Pompes/pousse seringues)

Pompes volumétriques :
-Réservoir souple ou rigide
-Débit régulé sur la tubulure

Pousse seringues :
-Réservoir (seringue)
=> Régulation effectuée par contrôle de l’avancé du piston de la seringue.

Les solutés les plus courants sont :

Les Glucosés (6 dilutions)
5-10-15-20-30-50%

Les G5 et G10% sont les plus employés, ils représentent plus de 70% des perfusions.

Ils sont utilisés en première intention pour ouverture de la voie veineuse ou en entretien en maintenant un petit apport calorique.

Les glucosés 20-30-50% (hyperosmolaires) sont utilisés par voie centrale.
Ils assurent un apport calorique en nutrition parentérale.

Les Solutés Electrolytiques :
Le plus utilisé est le chlorure de Sodium à 0.9%

  • Apport liquidien dans les déshydratations extracellulaires
  • Véhicule thérapeutique
  • Traitement des hypovolémies

Les Solutés Polyioniques avec glucose : (Prêt à l’emploi) Utilisés dans le traitement des déshydratations extracellulaires, dans le cadre de la nutrition parentérale et dans celui des hypovolémies.

Les contenants de Perfusion :

Répartition des différents contenants de Perfusion :

  • Poches sans PVC
  • Poches PVC
  • Flacons Plastique
  • Flacons verre

La Perfusion Fresenius

«  Différence et complémentarité des gammes »
Deux contenants pour des besoins différents :

Flacon Kabipac

Poche Freeflex

Les Dispositifs Médicaux

L’administration d’une perfusion s’effectue avec une tubulure de perfusion appelée Perfuseur.

Pour remplir sa fonction un perfuseur doit être constitué des éléments indispensables suivants :

  • Un perforateur (trocard)
  • Une chambre compte-gouttes calibrées (20 gttes/ml) ainsi qu’un filtre anti-particulaire.
  • Une prise d’air (facultative pour les poches souples) hydrophobe/obturable, avec  un filtre 0,22µ
  • Une tubulure
  • Un dispositif de réglage de débit
  • Un système de connexion verrouillable Luer-lock

Suivant les types de perfuseurs, ils peuvent également être équipés des éléments facultatifs suivants :

  • Un site d’adjonction
  • Un robinet 3 voies
  • Un contrôleur de débit
  • Une tubulure sans PVC
  • Une tubulure opaque (Médicaments photo sensibles)
  • Un filtre de purge (embout distal)